"Je m'baladais sur l'avenue un soir d'hiver...".... Non ! J'me baladais pas vraiment....

"Suivons la route fleurie, suivons-la toute la vie....".... Non ! Pas vraiment fleurie celle que j'ai suivie cet après midi !...

En fait je roulais tranquillement, ayant décidé d'aller faire quelques courses avant le prochain rendez-vous. J'arrive à une intersection, priorité à droite, je ralentis pour voir si aucune voiture ne se pointe à l'horizon, je tourne à gauche et là.... comment dire ?.... Un angle de trottoir se précipite sous mes roues... Bon, ok, je me suis pris un angle de trottoir ! Pffff.... je peux pas faire un dessin, mais il faut reconnaître que la configuration de ce trottoir à cet endroit n'est pas logique !
Un choc ("M**** ! je me suis pris le trottoir !"), un gros bruit comme un éclatement ("Aïe, il doit y avoir des dégâts !"), le temps de faire quelques mètres supplémentaires pour me garer ("je roule bizarre")... Bilan : deux pneus complètement éclatés et des jantes dans un triste état !
Un monsieur s'approche de moi et me dit "vous n'êtes pas la seule à vous être pris ce trottoir, c'est n'importe quoi !"....
Je vois bien que je ne peux pas rouler ainsi, il me propose gentiment de me ramener chez moi (heureusement je n'étais pas très loin, 1km500 environ). Je pourrais rentrer à pied, mon après midi et mes projets sont largement compromis, mais j'accepte. Je suis à la fois choquée par l'importance des dégâts, et ébahie par ma réaction qui est restée zen, cool.... Même pas le coeur qui bat la chamade, pas de frayeur. Nous discutons en voiture, je dis "C'est mon mari qui va être content !", il me répond "Oui, ce sera certainement une bonne engueulade, mais bon, ce ne sont que deux roues, il y a plus grave !"... Je suis entièrement d'accord.

Ce n'est pourtant pas la première fois que je prends ce chemin, je sais que ce petit bout de trottoir est traître, mais.... moment d'inattention, je devais encore être dans les nuages avec un décalage horaire de 9 heures au retour de vacances (oui, je sais, ce n'est pas une excuse !)

Zhom est resté encore plus zen que moi lorsque je lui ai raconté ma mésaventure, il n'a pas râlé, n'a pas fait la moindre réflexion, il a simplement pris de quoi changer une des roues et il a pris le volant pour faire le retour à 5 km/heure avec un pneu en bouillie. Après avoir passé sa soirée à se renseigner sur internet pour trouver pneus, adresses de garages... il m'a dit "il va certainement falloir changer les 4 pneus, mais dans ton malheur c'est un bien, ils commençaient à être usés..."....

Pour un retour de vacances, je lui tire mon chapeau ! Mais bon, comme il a dit, à quoi ça servirait de se mettre en colère ou de s'énerver ? Et puis ce n'est que matériel.....